Flop·Thriller et suspense

« Délivrance » de James Dickey aux éditions Gallmeister

Quatre potes, des citadins dont la vie s’essouffle, décident de tromper leur ennui en descendant en canoë une rivière qui disparaîtra bientôt sous un lac artificiel dans les beaux paysages de Géorgie.

Mais au détour d’un arrêt impromptu sur les rives, leur vie bascule définitivement. Dès lors, il ne sera plus question que de survie.

Si nous avons là du grand roman américain mêlant nature writing et violence humaine, une fois n’est pas coutume, je n’ai pas accroché.

Je crois que c’est la faute à deux éléments.

D’une part, l’auteur prend le temps de camper le décor.

Mais vraiment le temps tu vois…

L’action commence page 110 alors que le roman en compte 268.

Si je ne suis pas une adepte des romans qui entrent direct dans le vif du sujet, ici j’ai carrément eu (trop) le temps d’attendre…. Je crois que j’ai un chouïa décroché page 60, ne voyant rien venir.

Autre élément qui m’a tenu à distance, l’action s’invite page 110 avec une violence extrême me laissant presque dans le même état de sidération que les victimes…

(en écrivant cette chronique je me rends finalement compte que l’effet d’attente sur plus de 110 pages était probablement précisément voulu par l’auteur pour mettre son lecteur dans cet état de sidération…note à moi-même : réfléchir avant d’écrire mes chroniques..).

Bref passé la page 110, la violence est assez brutale et sur la suite l’auteur ne s’embarrasse pas avec la psychologie des personnages.

On quitte le roman nature writing et aventure pour de la survie pure.

Bien et Mal deviennent des notions bien subjectives.

J’ai lu quelque part que le titre, Délivrance, pouvait évoquer à la fois le fait de se délivrer du mal qui les poursuit, comme le fait de se laisser aller à leur pulsion animale et leur part de bestialité. J’ai trouvé que c’était finiment analysé de voir les choses ainsi.

Quoi qu’il en soit, on est dans le noir, le tragique, le brutal et l’absence de psychologie des personnages m’a tenue à distance.

Je crois que c’était juste un peu trop hard pour mon petit cœur tout mou…

Et toi ? Tu l’as lu ? Qu’en as-tu pensé ?

4 commentaires sur “« Délivrance » de James Dickey aux éditions Gallmeister

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s