Coups de cœur

Eric Emmanuel Schmitt

 » Sur terre, ce ne sont pas les occasions de s’émerveiller qui manquent, mais les émerveillés »

Apres mon coup de 💓 pour Paradis Perdus @ericemmanuelschmitt_officiel paru récemment aux @editionsalbinmichel , j’ai eu envie de continuer à découvrir cet auteur.

J’ai choisi L’Evangile selon Pilates et La Nuit de feu, deux ouvrages dans lesquels il traite de sa conception de la #spiritualité

Dans La Nuit de feu, il évoque cette nuit, où jeune homme de 28 ans parfaitement athée et #philosophe rationnaliste, perdu dans le désert du sud Algerien, il a fait la rencontre avec une force plus grande que lui qui changera sa vie. Il raconte comment sa vie, ses #certitudes et sa vision du monde ont basculé en quelques heures.

Dans les Evangiles selon Pilates, il imagine #Jésus rencontrant son destin.
Il rend Jesus profondément humain, montrant cet homme pétri de doutes et de bonté, aller à la rencontre d’un #destin qui le dépasse.

 » Les premiers miracles, je les exécutais sans même m’en rendre compte. Un regard, une parole peuvent soigner, tout le monde sait cela et je ne suis pas le premier guérisseur sur la terre de Palestine.
N’importe qui y parvient.
Mais ma réputation n’a retenu que ceux qui réussissaient à aller mieux. Elle a oublié ceux qui restèrent cloués dans leur malaise. Je ne détiens aucun pouvoir, sauf celui, éventuellement, d’aider à ouvrir la porte qui, au fond de chacun, conduit à Dieu ».

C’est ce dernier roman qui m’a le plus marqué.
Je le trouve d’une incroyable justesse et d’une vraie profondeur.
Le destin qu’il évoque ici pourrait être celui de tous les grands #Sages de l’humanité. Quand des Hommes profondément spirituels et bons, à un moment de l’Histoire et en raison de circonstances sociologiques, politiques, et historiques voient leur destin basculer et chambouler l’humanité.

Deux livres qui ne peuvent que marquer ceux pour qui la spiritualité tient une place importante dans leur vie, quelle que soit sa forme.

Il met des mots justes et puissants sur ce que je ressens profondément.

Une vision des choses nuancées, empreinte de doutes et de questions, mais profondément sensible à ce petit quelque chose qui nous dépasse.
Dans la Nuit de feu il écrit  :
 » Lors de ma nuit au Sahara, je n’ai rien appris, j’ai cru.
Ce que je sais n’est pas ce que je crois.
Et ce que je crois ne deviendra jamais ce que je sais.
L’escroquerie commence là où quelqu’un proclame : Je sais !
Les certitudes ne créent que des cadavres. »

J’adore.

5 commentaires sur “Eric Emmanuel Schmitt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s