Nature writing

« Bénis soient les enfants et les bêtes » de Glendon Swarthout aux éditions Gallmeister

Un roman court mais intense. Nous suivons ici 6 adolescents. Issus de familles aussi riches que défaillantes, ces adolescents jugés soit trop faiblards, soit délinquants sur les bords, sont envoyés dans un camp en Arizona pour les élever à la dur. En faire des « hommes » selon les critères d’une société où la compétition, l’argent et le pouvoir sont élevés au rang de valeurs sacrées.

Là-bas, comme dans leur famille, ces 6 adolescents sont raillés par les autres, mis de côté, délaissés. C’est un peu une bande de ratés à la Stephen King : unis par leur mise à l’écart et ce que la société juge chez eux de défaillant, ils deviennent vite inséparables. Un soir, alors que le camp dort, ils décident d’accomplir une mission folle pour prouver leur bravoure.

A la fois road movie et roman d’apprentissage, ce roman est court, intense et profondément touchant.

L’auteur décrit aussi bien les tourments de ces adolescents, que les grands espaces de l’ouest américain.

C’est également une ode à la nature sauvage que les hommes massacrent juste pour leur plaisir et leur sentiment de puissance, mais aussi une critique acerbe de la négation des sensibilités, la glorification du plus fort et de l’esprit de compétition.

2 commentaires sur “« Bénis soient les enfants et les bêtes » de Glendon Swarthout aux éditions Gallmeister

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s