Coups de cœur·Roman

« L’Ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon aux éditions Pocket

La plume virtuose de Carlos Ruiz Zafon nous transporte à Barcelone. Le roman débute en 1945 et nous suivons le jeune Daniel, orphelin de mère et fort attaché à son père, libraire. Ce dernier l’emmène un jour dans un endroit spécial, lieu de tradition familial, qu’on appelle le « Cimetierre des livres oubliés ». Là, Daniel choisit un ouvrage : L’Ombre du vent écrit par Julian Carax. Un livre mystérieux et envoutant, dont la lecture signe le début d’une incroyable aventure pour le jeune Daniel. Daniel développe une quasi-obsession pour cet auteur mystérieux. Qu’est-il devenu ? Pourquoi n’écrit-il plus ? Et surtout, pourquoi de mystérieuses et angoissantes personnes veulent voir ce livre disparaître ?

Chroniquer ce roman relève de l’impossible tant il est difficile de retranscrire les émotions que tu pourras ressentir à la lecture. Toutes tentatives de description ne peuvent sembler que bien fade.

J’ai dévoré les 700 pages en à peine 4 jours tant j’ai été fascinée, autant par la plume virtuose et majestueuse de Zafon, que par l’humanité dégagée par ses personnages.

Ce livre est tant de choses à la fois : roman d’apprentissage, roman à suspense. Il nous parle d’amour et d’amitié, de haine et de vengeance, de violence et d’humanité, d’espoir et de désespérance, de poésie et de drames, de destin et de choix.

Les personnages deviennent des amis tant la plume de Zafon les rend humains, de chairs et d’os. Les dialogues sont ciselés et plein d’humour.

700 pages de pur bonheur : on pleure, on rit, on a peur, on chavire d’amour et de haine à la fois, on espère et on tombe parfois. Ce roman, ce sont des destins concentrés en 700 pages.

Ce sont des phrases qui restent dans ton cœur et dans ton âme. Des personnages que tu n’oublieras jamais.

Si ce roman nous parle de la vie, il nous parle aussi des livres. Tout au long des pages, il n’est question que de ça. Comment un livre peut changer la vie, aussi bien de celui qui l’a écrit que de celui qui lit. Comment des personnages peuvent marquer ta vie à jamais, influer sur ton destin, donner envie de donner une autre impulsion à notre chemin.

4 commentaires sur “« L’Ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon aux éditions Pocket

  1. Oui j’avais aimé lire ce livre mais après plusieurs années il ne reste que cette image du cimetière des livres oubliés. Il doit être là alors… Merci pour cette belle chronique d’un livre qui m’a accompagné à un moment mais sans me marquer vraiment !

    J'aime

  2. Oui très beau roman, j’aimerai tant me perdre également dans le cimetière des livres oubliés et j’ai d’ailleurs acheté la suite « Le jeu de l’Ange » pour en découvrir un peu plus sur les personnages et retrouver la plume de l’auteur 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s