Non classé·Thriller et suspense

« L’Ombre du renard » de Nicolas Feuz aux éditions Slatkine et Compagnie


 » En 1943, alors que les Alliés s’apprêtent à libérer la Corse de l’occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l’Italie, les caisses sont victimes d’un bombardement américain et finissent englouties au large du Cap Corse.
Ainsi naît la légende du Trésor de Rommel, qui suscitera bien des convoitises et engendrera de somptueuses dépenses en recherches sous-marines durant plus de 70 ans. Toutes infructueuses.
Jusqu’à ce jour de 2018 où un lingot d’or réapparaît en Suisse, qui va entraîner le procureur Norbert Jemsen, sa greffière Flavie Keller et l’inspectrice Tanja Stojkaj dans un tourbillon mortel entre la Suisse et la Corse. »

J’ai littéralement dévoré le dernier roman de Nicolas Feuz, sorti le 22 août 2019 dans toutes les bonnes librairies ! J’avais lu de cet auteur « Horrora Borealis » et la qualité de ce roman, mais aussi le sujet et la violence m’avait marquée. J’étais donc ravie de le lire à nouveau. Cette nouvelle enquête, riche en rebondissements, vous emmènera entre la Suisse et la Corse, mais aussi entre deux époques. Les allers-retours sont incessants, conférant à l’intrigue un rythme très agréable.

L’aspect historique de ce récit a emporté mes faveurs. Non seulement, l’auteur nous en apprend beaucoup sur cette « légende » du trésor de Rommel, mais en plus il l’insère dans l’époque actuelle avec un tel réalisme que cela en devient troublant et me donne envie d’en savoir plus sur ce « trésor » maudit… D’autre part, il nous offre des rebondissements subtils et intelligents, faisant de ce roman un page turner efficace.

Je valide donc à 100 % ce nouveau roman du procureur de Neuchâtel ( oui, le bonhomme en plus d’être écrivain, est procureur. Tant de capacités laissent rêveur !)

Pour être exhaustive et honnête, mon seul bémol ira au personnage du flic Beaussant, pierre angulaire du roman, auquel je n’ai pas eu le temps de m’attacher. Je pense que pour entrer en empathie totale avec le personnage, la lecture du tome précédent m’aurait été nécessaire, puisqu’ ilapparaît dans : « Les Bouches » du même auteur.

2 commentaires sur “« L’Ombre du renard » de Nicolas Feuz aux éditions Slatkine et Compagnie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s