Parlons lecture

Les 10 lectures qui ont marqué mon adolescence

Photo de Daria Shevtsova sur Pexels.com

Il y a quelques temps, la mort de Martin Gray m’a drôlement émue. Son livre « Au nom de tous les miens » a été pour moi une véritable claque à l’adolescence.

 J’ai découvert qu’un livre pouvait vous changer, ou en tout cas vous faire changer votre perception des choses et de la vie en général. J’ai découvert la force de l’écriture, son facteur de résilience…
L’adolescence est une période de la vie remplie de doutes, de questionnements, de bouleversements. On a envie de se reconnaître en l’autre. Envie de découvrir tout ce qu’on nous a caché jusque là. D’explorer d’autres horizons.
J’ai donc eu envie de partager avec vous, ces livres qui ont bouleversé mon adolescence et m’ont marquée à jamais. Désormais mon adolescence est loin, le temps file à la vitesse de l’éclair, alors j’aimerais connaitre vos lectures marquantes d’adolescence, toutes générations confondues. Ce livre particulier qui a résonné en vous et résonne peut-être encore…alors n’hésitez pas à le partager ! 

« Au nom de tous les miens » de Martin Gray

​​ « De la guerre, le petit Martin connaîtra tout : les privations, les humiliations, la peur durant le temps passé au ghetto de Varsovie, l’horreur absolue des camps nazis à Treblinka, la fureur de vivre quand il s’en échappera caché sous un camion, l’abattement et aussi le suprême courage quand il apprendra qu’il a perdu tous les siens…
Et puisqu’il faut bien vivre, il s’engagera dans l’Armée rouge, puis partira aux États-Unis… Enfin la paix reviendra. Martin reconstruit alors sa vie et rencontre le grand amour en la personne de Dina. C’est dans le sud de la France, par une journée d’été éclatante, que le destin le blessera à nouveau – à mort – en décimant ceux qui lui sont le plus chers. »


Un livre qui vous marque à jamais tant le destin de cet homme  est un exemple de courage et de résilience. Je me souviens avoir pleuré en le lisant. La jeune adolescente que j’étais, découvrait alors un morceau cruel de l’Histoire, l’injustice, la cruauté et la barbarie mais aussi la combativité, la force de caractère et l’espoir. La découverte aussi que l’écriture peut servir de thérapie et de témoignage. 
 

« Le journal d’Anne Franck »

​​ « Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans «l’Annexe» de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi. »

Le livre témoignage par excellence lu à l’adolescence. On y découvre une jeune fille identique à nous, traversée par les mêmes tourments et les mêmes émois mais à un autre moment de l’Histoire, un moment cruel et barbare. On découvre alors, souvent pour la première fois, le fait que selon le moment et le lieu de votre naissance, votre vie entière est conditionnée. Ce journal livre le témoignage poignant d’une jeune fille optimiste, pleine d’espoir et de vie qui n’a eu pour tort que de naître au mauvais endroit au mauvais moment. 

« Vipère aux poings » d’Hervé Bazin

Vipère au poing de Hervé Bazin

​​ » Ce roman, le plus célèbre de l’auteur, est aussi largement autobiographique. Comme dans l’ensemble de son oeuvre, Hervé Bazin y donne les raisons de sa haine et de son combat contre toutes les oppressions familiales et sociales. Vipère au poing raconte la lutte impitoyable livrée par Brasse-Bouillon, alias Jean Rezeau, ainsi que ses frères, contre leur mère, une marâtre odieuse, calculatrice et violente. Folcoche, ainsi que ses enfants la nomment, règne avec autorité sur une famille angevine bien-pensante, ne lésinant pas sur les coups de fouet, les brimades et les humiliations. Mais Brasse-Bouillon est malin, vif et clairvoyant. Il affronte sa mère en lui tendant à son tour les pièges qui l’aideront à avoir raison d’elle. »


L’adolescence est le moment où l’on commence à acquérir un esprit critique. Je me rappelle avoir culpabilisé à découvrir que ma famille n’était pas nécessairement idéale, à surprendre de vilains défauts à mes proches. Enfant, nos proches ne souffrent d’aucun travers, alors à l’adolescence, le choc est parfois violent. Mais grâce à ce livre, Hervé Bazin m’a permis de déculpabiliser en me montrant que, oui, on ne choisit pas sa famille et oui, on peut s’en détacher et être différent. Encore un formidable témoignage de résilience et la preuve que l’écriture est à la fois échappatoire et thérapie.  

 » Un sac de billes » de Joseph Joffo

​​

Joseph Joffo convoque ses souvenirs d’enfance. À 10 ans, en compagnie de son frère, il doit fuir Paris occupé. Commence alors une épopée qui durera quatre ans. « Mais qu’est-ce qui vient d’arriver ? J’étais un gosse, moi, avec des billes, des taloches (…) des leçons à apprendre, (…) le dimanche papa nous emmenait à Longchamp voir les canassons et prendre l’air, la semaine en classe et voilà tout, et tout d’un coup on me colle quelques centimètres carrés de tissu et je deviens juif. »

Une lecture marquante, un témoignage bouleversant d’innocence sur cette période sombre de l’Occupation et de la Shoah. Une lecture qui initie les adolescents, avec pédagogie et émotion,  à la complexité de cette période historique. Un livre plein d’humour, de tendresse et d’émotions !

« Moi, Christiane F, 13 ans droguée, prostituée… »

​​ 
« Ce que raconte cette jeune fille sensible et intelligente, qui, moins de deux ans après avoir fumé son premier «joint», se prostitue à la sortie de l’école pour gagner de quoi payer sa dose quotidienne d’héroïne, et la confession douloureuse de la mère, font de Christiane F. un livre sans exemple. Il nous apprend beaucoup de choses, non seulement sur la drogue et le désespoir, mais aussi sur la détérioration du monde aujourd’hui. »

Le témoignage essentiel et douloureux de cette adolescente n’a pas pris une ride malgré les années. Un livre qui ne peut laisser personne indifférent et qui, à l’adolescence avait été pour moi, le meilleur avertisseur du danger et la plus efficace des leçons de morale. Les dangers guettent toujours et ce livre témoigne de la réalité, la dangerosité et la rapidité avec laquelle les adolescents sont tentés de glisser vers les interdits, dans l’innocence et la candeur mais aussi dans les extrêmes et la violence.  A lire et à commenter avec les ados.

« Si c’est un homme » de Primo Levi

​​  » On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’Holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état du malheur. Peu l’ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.  » Angelo Rinaldi


 Je me souviens d’une claque…voilà l’effet que ce livre m’a fait…Il ne s’agit pas ici d’un énième livre sur la Shoah. C’est Le témoignage de ce qu’est la cruauté humaine, de tous bords, par quelqu’un qui l’a côtoyée de près et qui a du se battre pour y survivre. Il décrit le délire concentrationnaire et la barbarie nazie comme nul autre pareil. Un livre choc, qui une fois refermé, vous laisse différent. Personnellement, je pense l’avoir lu un peu trop tôt  dans mon adolescence et j’en ai gardé un souvenir très violent. Je l’ai donc relu plus tard, avec plus de recul et mieux armée face à la violence du récit. S’il n’y a qu’un livre à livre sur la Shoah, je recommande celui-ci mais pas avant 17/18 ans.

3 commentaires sur “Les 10 lectures qui ont marqué mon adolescence

    1. Effectivement, ce sont des lectures qui restent en mémoire, ne serait-ce que pour les sensations procurées. Et toi ? Quels livres t’ont marquée ?

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s